Mise en ligne le Dimanche 26 Mai 2019
écouter

TOP 14 (26e journée) : La Rochelle / Bordeaux-Bègles (81-12) : Simplement ridicules...

On s'était récemment gaussé de la dégelée historique reçue par la section Paloise à Toulouse (83-6) et les paris allaient bon train : on ne reverrait pas de sitôt un tel score en Top 14. Mais au moins les Béarnais avaient-ils l'excuse, si c'en était une, d'avoir plié devant le leader incontesté du championnat, à la puissance de feu d'un cuirassier. L'UBB, elle n'aura même pas cette circonstance atténuante, pour cet ultime déplacement d'une saison à oublier mais dont il faudra tirer les enseignements très vite. Car on ne peut pas dire que le Stade Rochelais, qui souffla souvent le chaud et le froid cette année, ait été toujours souverain ni prolifique dans son antre. Mais face à des Unionistes décimés par une kyrielle de blessures et visiblement venus en villégiature, après leur seconde mi-temps déjà difficilement pardonnable face à Toulouse de la semaine passée, le défi proposé aux Rochelais, condamnés à une victoire bonifiée pour espérer accrocher le wagon des barrages (qu'ils n'ont finalement pas manqué), a très vite tourné à une formalité, puis à un authentique carnage. Impossible donc de tirer, du côté de l'UBB, la moindre analyse significative d'une telle parodie de rugby, qui a fortement ressemblé à une impasse, pour ne pas dire une faute professionnelle, et qui entre tristement dans les annales du club, jamais laminé de la sorte depuis sa création et sa montée en Top 14. Le ridicule n'a même pas été évité, malgré deux essais de Woki (23e) et Tilsley (37e), anecdotiques face à la marée rochelaise (12 essais, dont 3 dans les 18 premières minutes qui plantèrent très vite le décor). Il est grand temps pour l'Union, qui a soigné sa moyenne de points pris en déplacement, déjà alarmante avant cette rencontre (plus de 40 par match) que l'exercice se termine, qu'elle se reconstruise un moral tout neuf et se dote de vrais leaders mentaux, qu'elle n'a jamais eus cette année. Christophe Urios, privé in extremis de barrages avec son CO défait chez lui par Toulon (16-25), va sans doute, du coup, poser un peu plus tôt que prévu ses valises en Gironde. Le Languedocien, qui, c'est connu, aime la rigueur défensive et en fait son fond de jeu, se retrouvera face à un gigantesque chantier mais au moins n'aura-t-il pas à chercher longtemps par où commencer. Tant mieux, on gagnera du temps, car il semble qu'on en ait déjà beaucoup perdu depuis deux ou trois saisons en Gironde... Ecoutez les réactions d'Alexandre ROUMAT, le troisième ligne de l'UBB, Grégory ALLDRITT, le troisième ligne du Stade Rochelais, et Yann LESGOURGUES, le demi de mêlée de l'UBB, au micro de Dorian Malvesin qui commentait cette rencontre en direct du stade Marcel Deflandre à La Rochelle. D'autres réactions à écouter ce lundi 27 mai dans Sports Magazine à partir de 18h30.