Quatre clubs professionnels girondins s'inquiètent de l'avenir du FCGB... féminines


04 juillet 2022

Dans un communiqué, quatre clubs professionnels de haut niveau apportent leur solidarité à la section féminine des Girondins de Bordeaux, totalement oubliée, dans cette période trouble pour le football en Gironde. 

Si l'avenir de l'équipe des Girondins de Bordeaux inquiète un grand nombre, et va s'éclaircir ou s'assombrir ce mardi avec un nouveau passage devant la DNCG, la question de la survie l'équipe féminine, qui évolue en D1 Arkema, se pose. D'ailleurs, dans un communiqué, les Lionnes du Stade Bordelais (rugby, Division1), le Mérignac Handball (Ligue Butagaz Energie), les volleyeuses des Burdis de Bordeaux-Mérignac et l’USB Bordeaux Waterpolo (Division 1), ont communément apporté leur soutien à la section féminine des Girondins

« L'équipe féminine du FC Girondins de Bordeaux incarne désormais à elle seule le plus haut niveau du football à Bordeaux et en Gironde » souligne le communiqué, rappelant que les Girondins de Bordeaux hommes évolueront, au mieux, en Ligue 2 après leur descente sportive l'an passé. 

Un « silence assourdissant »

Et l'inquiétude concerne notamment la partie financière. 

« Avec un budget de 2,3 millions d’euros en 2021/2022 (contre 112 M€ pour l’équipe masculine…), le budget des féminines descendraient à 1,9 millions d’euros pour la saison 2022/2023 (contre un budget prévisionnel de 40 millions d’euros pour la Ligue 2 masculine.). Cet écart déjà abyssal entre les sections, mais aussi une baisse significative compromettent évidemment le recrutement et les performances de l’équipe lors de la saison prochaine » 

Sixièmes du dernier exercice en championnat, avec une participation historique en Ligue des Champions, les FCGB Girls ne sont en aucun cas certaines de repartir dans l'élite du football féminin français pour la saison à venir.  Les filles du FC Nantes pourraient alors grimper d'un cran et prendre leur place.

Plusieurs joueuses cadres ont également décidé de quitter le club dont les internationales Eve Périsset (à Chelsea) et Charlotte Bilbault  (à Montpellier). 

« Dans le silence assourdissant qui entoure le FCGB Féminin, nous faisons entendre notre voix d’équipes professionnelles et de haut-niveau de sports collectifs : A toutes les joueuses, nous affirmons notre soutien et notre solidarité, ainsi qu’au staff et, également, à l’ensemble des salariées et salariés du club, collectivement menacés dans leur avenir professionnel » martèlent les quatre clubs de la Métropole bordelaise. 

[Jérôme Martin-Castéra - photo : Loïc Cousin]