"Nous avons activé tous les leviers" : Sophie Borderie, présidente du CD 47, répond à nos questions


29 avril 2020

"Personne n'était préparé, nous nous sommes adaptés". Voici les premiers mots de Sophie Borderie. Présidente du Conseil départemental de Lot-et-Garonne. Une présidente qui a pris l'officielle succession du socialiste Pierre Camani le 17 mai 2019. Elle va donc souffler la première bougie de sa mandature dans un contexte "inédit"

"La collectivité a fait, je pense, preuve d'une grande réactivité"

Une grande réactivité, assure-t-elle. Dans la continuité des services rendus habituellement en matière de protection infantile, d'éducation (compétence collèges), mais aussi en matière sociale. Sans oublier le rôle des agents administratifs et logistiques, entre autres.

Écouter le podcast

Le département continue d'intervenir "normalement" dans tous les domaines dans lesquels il a des compétences. Les entreprises lot-et-garonnaises, elles, sont soutenues par la Région. Le Conseil les dirige naturellement vers cette institution.

"Demain jeudi, nous nous réunissons en commission permanente, nous attribuerons à cette occasion et par anticipation plus de 6 millions d'euros de subventions aux associations que nous accompagnons toute l'année"

Écouter le podcast

Sophie Borderie, à l'image de son homologue girondin, Jean-Luc Gleyze, réclame, elle aussi, l'instauration d'un revenu de base. Elle s'est jointe à 18 autres présidents de départements français afin de suggérer une nouvelle fois l'idée au Gouvernement. Mais en vain.

"L'idée n'est pas de dénigrer la valeur travail mais bien de favoriser l'insertion sociale. L'ascension sociale"

Écouter le podcast

Alors, à l'heure du confinement, pas facile de maintenir un lien étroit avec l'ensemble des lot-et-garonnais. Mais grâce aux services de l'Etat, aux diverses collectivités et aux travailleurs sociaux qui agissent quotidiennement sur le terrain, la Présidente garde un oeil bienveillant. Et les remontées font état, comme dans de nombreux territoires du pays, de grandes difficultés traversées par certains habitants.

Écouter le podcast

Le département s'est par ailleurs mobilisé pour pallier un manquement majeur de l'Etat : la question des masques. Il en a commandé 500 000. 500 000 pour équiper les agents lot-et-garonnais, les partenaires essentiels comme les aides à domicile ou les accueillants familiaux. Mais aussi pour les personnels médicaux et les collégiens. 

Écouter le podcast

"Mieux vaut mettre en place un "Plan Marshall" plutôt qu'un plan de relance départemental"

Sophie Borderie, qui présidera donc le 30 avril une commission permanente, vient de recevoir de la part de l'opposant, Guillaume Lepers, 20 propositions pour "relancer l'économie". Des propositions qui n'ont pas reçu l'accueil probablement espéré par l'initiateur. 

"La crise est grave et elle va être longue. Il n'est pas question de s'éparpiller", répond la Présidente du département.

Écouter le podcast

Le plan de déconfinement, lui, vient d'être présenté par le Premier Ministre, Edouard Philippe. Sophie Borderie, réaliste, n'en demeure pas moins critique"Les communes, les départements et les régions savent heureusement se montrer vertueux dans cette situation". Ils paraissent indispensables. 

Écouter le podcast

Avant d'être Présidente de département, Sophie Borderie est mère de famille et infirmière-anesthésiste. Il faut trouver un juste milieu. "Ce n'est pas facile, mais c'est gérable!".

Écouter le podcast

"Maintenant, il faut tenir bon!"

Écouter le podcast