Actualités régionales

Les auto-écoles veulent passer la seconde

27 juin 2020 à 14h16 Par Jérôme Martin-Castéra
Crédit photo : JMC

Après deux mois d'inactivité liés à la crise du Covid-19, les auto-écoles ont repris du service en sécurité. Les examens ont repris mais au ralenti.

Durant vos quelques sorties pendant le confinement vous n'avez vu aucune auto-école sur les routes et c'est normal. Le secteur a été complètement à l'arrêt pendant deux mois. Une situation inédite pour les moniteurs mais aussi pour les élèves, forcément inquiets.


Rassurer les élèves

À Gradignan, Auto-École Code 33, on les chouchoute ces élèves. « On a gardé contact avec eux, il y a eu un suivi » explique Bertrand Bacquet, qui a monté l'auto-école en 2015. Avec un taux de réussite de 80 % au permis, l'établissement peut se vanter de  "façonner" des futurs conducteurs assez aisément. Depuis sa création, les élèves se font d'ailleurs de plus en plus nombreux et en parallèle, Bertand Bacquet en profite pour recruter. Ils sont désormais 4 moniteurs à s'occuper de plusieurs centaines d'inscrits. Entre ceux qui passent le code, la pratique ou les deux, ils étaient plus de 150 actifs au moment du confinement. Ça en fait du monde à suivre. D'autant plus qu'un système de pré-inscription s'est mis en place pour les futurs élèves qui ont déjà commencé la formation théorique.

Aux côtés des élèves

Au point mort depuis des semaines, l'activité a donc pu reprendre pour Bertrand et ses collègues le 11 mai dernier. Un redémarrage avec les mesures sanitaires nécessaires. Accès limité à la salle de codes à 6 personnes, gel hydroalcoolique, masques obligatoires en voiture... Il a fallu s'adapter sans broncher.

Des règles sanitaires strictes

Bouchons à l'examen

Cet arrêt d'urgence de plusieurs semaines provoque d'importants ralentissements au niveau des examens qui ont redémarré le 8 juin dernier. Là aussi, sur des mesures demandées par la Préfecture, il a fallu s'équiper. Des visières sont demandées pour les examinateurs tandis que tout le monde doit être équipé de masques. Des housses jetables sont installées à chaque nouveau candidat. Ces mêmes candidats ont la permission de poser des serviettes sur leur siège. Aussi, après chaque passage d'élève, la voiture est désinfectée. Autant de mesures sanitaires nécessaires mais chronophages qui limitent le nombre de passages en une journée. D'autant plus que « dans les équipes d'inspecteurs il y a des personnes fragiles » rajoute Bertrand Bacquet, ce qui, là aussi, empêche d'embrayer rapidement.

Dans plusieurs coins de France, cet embouteillage crée de la discorde. Plusieurs auto-écoles ont manifesté, notamment en Bretagne, et réclament plus de place. « Dans les deux mois, si les places ne suivent pas, ça peut se reproduire en Gironde » analyse Bertrand Bacquet. Selon lui, cela dépendra surtout de la reprise d'activité des auto-écoles. « Les très affectées vont reprendre au ralenti et donc ne vont pas forcément avoir besoin de places en urgence » dit-il. Mais une fois ce retard rattrapé nul doute que les moniteurs se mobiliseront chez nous aussi si cela ne se fluidifie pas.

Des examens au ralenti 

La taille de l'auto-école compte

Plusieurs auto-écoles ont donc dû se mettre sur la bande d'arrêt d'urgence durant cette période liée au coronavirus avant finalement de mettre la clé sous la porte. En Gironde notamment, le moteur sera définitivement coupé à l’École de Conduite de Villandraut. La première fermeture locale d'une longue série ? Rien d'impossible. « La taille de l'auto-école compte, commente Bertrand Bacquet, les plus petites où celles qui ont ouvertes dernièrement risquent d'avoir du mal ». De son côté, la situation semble se stabiliser à Gradignan. Éternels positifs, Bertand et ses équipes peuvent se satisfaire d'une trésorerie stable. De quoi le rassurer. « Je ne suis pas forcément inquiet, depuis la reprise de l'activité on a équilibré le manque à gagner durant ces deux mois ». Soulagement donc mais la route est encore longue pour d'autres et elle sera sûrement semée d'obstacles.

Des situations qui varient selon les auto-écoles