Accueil > sports

les sports



Les prochains matchs en direct sur ARL

recherchez :

à la une suivez en direct toutes les rencontres de :
FC Girondins de Bordeaux (L1), L'Union Bordeaux Bègles (Top 14), SU Agen Rugby (Top 14)

Ligue 1 : BORDEAUX / PARIS SG (2-2) : On en rêvait, Bordeaux l'a (presque) fait...

Ils n'auront pas tout à fait réussi à enjamber la Tour Eiffel, certes. Il ne leur aura manqué que le dernier ... [la suite...]
écouter

Ils n'auront pas tout à fait réussi à enjamber la Tour Eiffel, certes. Il ne leur aura manqué que le dernier étage, celui qui mène au Paradis. Mais ce que les Girondins ont montré ce dimanche en freinant la marche royale de l'épouvantail parisien est significatif des vraies possibilités de cette équipe, dans le prolongement d'un succès européen acquis trois jours plus tôt à l'aune d'une rigueur retrouvée. Si l'on doutait encore de son réel niveau, l'expérience prouve que cette équipe a en vérité livré ses deux meilleurs matches de championnat depuis le début de la saison contre deux ténors de la division, à Lyon (1-1) et face au PSG (2-2), en remontant le score à chaque fois, et même à deux reprises face aux joueurs de la capitale. En comparaison de ces matches de haute volée à l'intensité élevée (en photo, Jaroslav Plasil débordant Dani Alves sous l'oeil de Di Maria et Kamano), il est donc clair que les sorties médiocres constatées face à Caen, Dijon ou Nice, sans parler du non-match à Montpellier, n'étaient pas le fruit d'une insuffisance technique, mais bien d'un problème de motivation, ou tout au moins d'implication. Car maintenant, il est acquis que les Girondins, pour peu qu'ils le veuillent, sont capables d'inquiéter les plus grands de la Ligue 1, ce qui n'est d'ailleurs pas une nouveauté. Le seul souci pour ces doux garnements trop avides de paillettes, c'est qu'on ne peut pas manger du caviar tous les jours...Certes, face à un PSG au grand complet après les vraies-fausses incertitudes concernant Mbappé et Neymar, finalement titulaires tous les deux, les Marine et Blanc ont aussi bénéficié, il faut en convenir, de cette once de chance sans laquelle aucun exploit n'est possible contre cet adversaire. Au moins en 3 occasions sur ce match, occasions qu'ils offrirent d'ailleurs davantage à leurs hôtes qu'eux ne surent se les construire, avec des erreurs individuelles à l'origine de celles-ci qui faillirent coûter cher. On veut parler d'abord de ce ballon perdu par Otavio à 30 mètres de son but sur le pressing de Neymar, lequel mettait aussitôt sur orbite Di Maria seul à l'entrée de la surface qui, sur son mauvais pied, expédiait le ballon quelques centimètres à gauche du but de Costil, battu (31e) ; ou de ce ballon traînant trop longtemps sur le flanc gauche de la surface bordelaise sous le pressing de Bernat alors qu'il aurait dû être dégagé depuis longtemps, mais qui finit dans les pieds de Di Maria pour une frappe croisée à ras de terre à angle fermé venant tutoyer le bas du montant doit, juste avant la pause (44e) ; ou encore de ce contre éclair orchestré par Verratti puis Draxler, et terminé par Di Maria, trop libre de ses mouvements, qui eut tout le temps d'enrouler sa frappe du gauche sur le haut de la transversale (70e). Bordeaux parut coupable aussi sur l'ouverture du score de Neymar (son 11e but de la saison), bien seul au point de penalty pour reprendre de volée et..du tibia un centre en retrait de Dani Alves (0-1, 33e). Un but qui amena M.Schneider à recourir à la VAR, pour juger si Mbappé, effectivement très près du ballon et de Costil pour ne pas dire derrière lui, était ou non hors-jeu sur cette action. Mais pas plus qu'à Lyon (1 fois), à Dijon (2 fois) ou même à Guingamp sur le penalty sifflé contre Pablo où ils réclamèrent la vidéo en vain à...M.Schneider, la VAR ne fut favorable aux Marine et Blanc. Il faudra bien qu'un jour la tendance s'inverse, tout de même, sinon on ne va pas tarder à se poser des questions...N'empêche que ce fait de jeu entraîna une interruption d'au moins 3 minutes qui eut pour effet de stopper l'élan et l'enthousiasme des Girondins, plutôt entreprenants et pressants jusque là. C'est d'ailleurs Briand, d'une tête piquée mais pas assez puissante, qui avait sollicité le premier Alphonse Aréola sur un centre de Palencia dévié au départ (7e). Les sorties de balle bordelaises très propres, à une touche le plus souvent (condition nécessaire sinon suffisante pour éviter de se faire asphyxier par le pressing très haut des parisiens) offraient des espaces à Karamoh ou Briand, qui malheureusement pêchaient dans le geste final. Mais à la pause, et malgré un dernier quart d'heure du premier acte où il ne fut pas loin de la rupture, Bordeaux était toujours en vie. Et son départ prometteur dès la reprise, avec cette incroyable partie de billard dans la surface parisienne qui dura près de 20 secondes avec 3 tirs contrés sans qu'aucun pied girondin ne puisse asséner le coup gagnant, en disait long sur son envie de ne pas capituler encore une fois face à cet adversaire qui avait pris depuis trop longtemps l'habitude de lui danser sur le ventre. Sur un contre d'école, Karamoh grillait le jeune Nsoki sur le côté droit et centrait en retrait à ras de terre. Sankharé laissait passer pour Briand plus prompt que Marquinhos au point de penalty, et dont la reprise en pivot faisait mouche (1-1, 54e). Restait alors pour Bordeaux à trouver le subtil équilibre entre ne pas cesser de jouer en reculant trop et ne pas se projeter inconsidérément aux avant-postes, péché d'orgueil qui lui avait coûté si cher sur les dernières minutes du match contre Copenhague. "Trop près, ils nous verraient. Trop loin, on ne les verrait plus", disait un certain acteur humoristique français...Mais le PSG ne lui laissa pas longtemps le loisir de philosopher sur la question. Profitant d'une équipe girondine scindée en deux et passablement dégarnie sur ses arrières, Draxler servait Mbappé en profondeur parti dans le dos de Sabaly qui, sans opposition, exécutait Costil comme à la foire (1-2, 65e). Bordeaux mettait un genou à terre et les 40 842 spectateurs du Matmut entrevoyaient déjà une issue funeste, que la frappe de Di Maria sur la barre évoquée précédemment rendait plus probable encore. Car aucune équipe française n'avait remonté deux fois son handicap cette saison contre les joueurs de Tuchel. Et pourtant...Bordeaux ne désarmait pas, et Maxime Poundjé (qui avait remplacé Palencia, Sabaly ayant glissé à droite), servi par Kamano, débordait Bernat et centrait au cordeau sur la tête de Cornelius, entré en jeu 5 minutes plus tôt. Le géant Danois, déjà contré in extremis peu auparavant par Marquinhos après s'être emmené le ballon d'un contrôle orienté de la poitrine (81e), gagnait cette fois-ci son duel contre le défenseur brésilien en décroisant une superbe tête bien smashée sur la gauche d'Aréola. Le portier parisien touchait la balle de l'avant-bras, mais ne pouvait l'empêcher de mourir derrière la ligne, près du poteau droit (2-2, 83e). Une fois de plus, comme à Lyon où il avait offert aux siens, menés contre le cours du jeu, la plus méritée des égalisations, le Danois s'avérait décisif par son second but de la saison. Bordeaux tenait sa performance, que 14 de ses prédécesseurs n'avaient su décrocher avant lui, et freinait le PSG après un match exemplaire d'abnégation, en ayant compensé son infériorité technique supposée par un engagement de tous les instants. La fin de match était même plutôt en faveur des Marine et Blanc qui héritaient de deux corners obtenus par la pression de Cornelius, mais qui ne leur permettaient pas un plus bel exploit encore. S'ils se montrent capables de rééditer un match de ce tonneau-là dans 3 jours contre St Etienne (qui aura eu 2 jours de plus de récupération qu'eux, comme le PSG en avait eu un de plus...est-ce bien équitable ?), puis à Angers le 8 décembre, on ne voit pas comment ils pourraient connaître une désillusion. Mais auront-ils assez de fraîcheur physique pour tenir ce rythme erratique de 3 matches en 6 jours quand ils en ont passé 13 sans jouer, au coeur du mois de novembre ?... Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du Matmut aux côtés de Michel Le Blayo, écoutez les réactions des deux entraîneurs, Thomas TUCHEL (PSG) puis Eric BEDOUET (FCGB) ainsi que celles de MARQUINHOS, le défenseur central brésilien du PSG, Benoît COSTIL, le capitaine des Girondins, Thiago SILVA, le défenseur et capitaine du Paris SG, PABLO, le défenseur central du FCGB, et Andreas CORNELIUS (traduit), l'attaquant du FCGB. D'autres réactions bordelaises et parisiennes à écouter ce lundi 3 décembre 2018 dans nos journaux  puis dans Sports Magazine à partir de 18h30.  
Dim. 02 Déc. 2018 : RUGBY - Top 14 (Top Chrono - matches de l'UBB Rugby)

Top 14 : PERPIGNAN / UBB (11-22) : L'Union a longtemps tremblé mais décroche sa première à l'extérieur

On l'espérait, elle est arrivée de Catalogne, cette première victoire à l'extérieur de l'UBB cette ... [la suite...]
écouter

On l'espérait, elle est arrivée de Catalogne, cette première victoire à l'extérieur de l'UBB cette saison, sous le soleil méditerranéen qu'on désespère de voir en Gironde. Mais ce ne fut pas sans peine, face à des Perpignanais au pied du mur et fermement décidés à ouvrir leur compteur. L'entame du match fut d'ailleurs très brouillonne de la part des Girondins, menés 5-0 (18e) sur un essai du capitaine local Karl Chateau sur un ballon porté après que Brock James pour l'Union eut raté l'occasion de déflorer le tableau d'affichage sur penalité (7e). L'addition aurait pu être pire pour les bordelo-béglais mais Jackson trouva ensuite le poteau (27e) et c'est au contraire Romain Buros, servi idéalement par Ducuing sur la première attaque du match vraiment cohérente de l'Union, qui s'en vint aplatir sous les poteaux (5-7, 32e). James rata à son tour l'immanquable face aux perches (57e), avant que Buros ne signe un doublé, sur une belle combinaison James-Roumat (5-14, 59e). Cela commençait à sentir bon pour les hommes de Narraway mais loin de capituler, les Catalans imprimaient une grosse pression et Selponi (68e, 75e) les rapprochait du bonus défensif, voire d'un succès possible (11-17). Jusqu'au coup de grâce donné par Baptiste Serin pour un 3e essai sur la sirène, sur une mêlée parfaitement négociée et un service de Buros (11-22, 80e). Au micro de Francis Dal Zovo qui commentait cette rencontre en direct intégral depuis le stade Aimé Giral à Perpignan aux côtés de Francis Lagleyze, écoutez la réaction de l'homme du match côté girondin, l'ailier Romain Buros. D'autres réactions perpignanaises et bordelaises à écouter ce dimanche soir 2 décembre dans le mag d'avant-match de Bordeaux-PSG à partir de 20h, puis ce lundi 3 décembre dans nos journaux d'information de 7h à 18h, et dans Sports Magazine à partir de 18h30.
Dim. 02 Déc. 2018 : RUGBY - Top 14 (Top Chrono - matches du SUALG Rugby)

TOP 14 : Castres / Agen (13-16) : Le coup de maître du SUA !

On a du mal à le croire, mais le SUA a bel et bien signé une performance magistrale en s'imposant sur la pelouse du champion de ... [la suite...]
écouter

On a du mal à le croire, mais le SUA a bel et bien signé une performance magistrale en s'imposant sur la pelouse du champion de Franc een titre. Magistrale, mais méritée, tant les Suavistes, mal payés ces derniers temps de leurs bonnes productions à Toulouse (10-0), La Rochelle (33-29) ou Montpellier (15-18) ont enfin vu cette fois-ci le ballon tourner en leur faveur. A l'image de cet essai décisif à quelques secondes de la sirène, sur une inspiration de Zafra contrant le dégagement de Rory Kockott et de ce ballon sautillant vers l'en-but tarnais en ayant le bon goût de ne pas rouler en touche, avant que le Colombien du SUA ne le ramasse pour aplatir en terre promise (13-16, 79e). Jusque là, le SUA avait fait bien plus que jeu égal avec des Tarnais pas dans leur assiette, jouant petit bras et sans inspiration dans aucune de leurs lignes. Déjà à la pause, le score de 6-3 seulement pour le SUA n'était pas cher payé pour les locaux, revenus dans le match grâce à une penalité de 45 mètres d'Urdapilleta sur un hors-jeu suaviste (40e), qui répondait aux réussites du jeune demi d'ouverture Léo Berdeu (15e, 24e), titulaire pour la 3e fois de la sasion dans le Tarn. Il fallut un carton jaune un peu sévère infligé à Ryan pour qu'enfin, le champion passe devant au score, profitant aussitôt de sa supériorité numérique pour marquer un essai à zéro passe par Combezou au sortir du ruck, transformé par Urdapilleta (10-6, 52e). Le scenario de l'an dernier allait-il alors se reproduire et le SUA allait-il lâcher prise ? Loin de là. D'autant que Combezou était à son tour sanctionné d'un jaune pour un plaquage sans ballon (57e). La chance des Castrais venait de passer. Sur une faute de Kockott, Berdeu remettait le SUA au contact (10-9, 63e) et dans la foulée, Babillot était prié lui aussi d'aller clumer dix minutes, laissant le CO à 13 contre 15 pendant 180 secondes. Un laps de temps trop court pour que le SUA puisse en profiter, même si les locaux continuaient de bafouiller leur rugby et de multiplier les fautes de main. Mais le SUA faisait lui aussi des bêtises, comme ce hors-jeu stupide face aux perches qui permettait à Urdapilleta de redonner un peu d'air aux siens (13-9, 70e) contre le cours du jeu et de leur laisser croire que, comme à Perpignan la semaine précédente, ils l'emporteraient sans panache, en assurant le minimum syndical. Jusqu'à ce dénouement à couper le souffle, sur un coup du sort sans doute, mais ô combien mérité pour un SUA qui n'aurait voulu pour rien au monde rentrer en Lot-et-Garonne avec cet énième goût amer au fond de la gorge. Un 3e succès de la saison (le premier à l'extérieur, sans doute sur une pelouse où l'on s'y attendait le moins) qui relance totalement le SUA et le sort de la zone rouge, Grenoble s'étant nettement incliné à Toulon dans le match de la peur (22-3). Et sans doute, un premier match-référence cette saison pour le SUA, comme l'avait d'ailleurs été le 6 janvier dernier la superbe victoire à Armandie face à ce même adversaire (30-3). Ecoutez les réactions de Denis MARCHOIS, le deuxième ligne du SUALG, Mauricio REGGIARDO, le manager du Sporting Union Agen Lot-et-Garonne, Christophe URIOS, le manager du Castres Olympique, et Andrès ZAFRA, le deuxième ligne colombien du SUALG, auteur de l'essai de la gagne (en photo), au micro de Francis Dal'Zovo qui commentait cette rencontre en direct intégral du stade Pierre Fabre à Castres aux côtés de Francis Lagleyze. D'autres réactions castraises et agenaises à écouter ce lundi 3 décembre dans nos journaux de 7h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h30.

Avant Bordeaux / PSG (15e journée) : Il faudra enjamber la Tour Eiffel...

Ecoutez une partie des réactions d'Eric BEDOUET, l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux, et de Younousse SANKHARE ... [la suite...]
écouter

Ecoutez une partie des réactions d'Eric BEDOUET, l'entraîneur du FC Girondins de Bordeaux, et de Younousse SANKHARE (photo), le milieu de terrain sénégalais du FCGB, au micro de Christophe Monzie. Pour entendre l'intégralité de ces entretiens, des réactions parisiennes et des analyses d'avant-match par nos invités, rendez-vous ce vendredi 30 novembre dans Le Week-end en Sport et Top Girondins à partir de 18h30, puis Dimanche 2 Décembre 2018 dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 20h10. Coup d'envoi : 21 heures. Commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo. 
Sam. 01 Déc. 2018 : RUGBY - Top 14 (Top Chrono - matches du SUALG Rugby)

TOP 14 (11e journée) : Avant Castres / Agen : Rien à perdre chez le champion en titre

Réaction de Mauricio REGGIARDO (en photo), le manager du Sporting Union Agen Lot-et-Garonne, au micro ARL de Mathieu Dufour. Pour entendre ... [la suite...]
écouter

Réaction de Mauricio REGGIARDO (en photo), le manager du Sporting Union Agen Lot-et-Garonne, au micro ARL de Mathieu Dufour. Pour entendre d'autres réactions agenaises et des réactions castraises d'avant-match, rendez-vous ce vendredi 30 novembre dans Le Week-End en Sport à partir de 18h30, puis samedi 1er Décembre dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 17h20. Coup d'envoi à 18h05. Commentaires de Francis Dal Zovo et Francis Lagleyze.

Match à suivre sur toutes nos fréquences en direct intégral du stade Pierre Fabre à Castres, sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite) de votre téléphone.
Sam. 01 Déc. 2018 : RUGBY - Top 14 (Top Chrono - matches de l'UBB Rugby)

TOP 14 (11e journée) : Avant Perpignan / UBB : Ne pas jouer les crèmes catalanes...

Ecooutez la réaction de Luke NARRAWAY (en photo), l'entraîneur des avants de l'Union Bordeaux-Bègles, au micro ARL de ... [la suite...]
écouter

Ecooutez la réaction de Luke NARRAWAY (en photo), l'entraîneur des avants de l'Union Bordeaux-Bègles, au micro ARL de Florian Rodriguez. Pour entendre d'autres réactions bordelaises et des réactions perpignanaises d'avant-match, rendez-vous ce vendredi 30 novembre 2018 dans nos journaux puis dans le Week-End en Sport à partir de 18h30, et dimanche 2 Décembre 2018 dans le mag d'avant-match de Top Chrono à partir de 12 heures. Coup d'envoi : 12h30. Commentaires de Francis Dal Zovo et Francis Lagleyze.

Match à suivre sur toutes nos fréquences en direct intégral du stade Aimé Giral à Perpignan, sur notre site internet arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite) de votre téléphone.

 
Ven. 30 Nov. 2018 : FOOTBALL - Football Régional (Le Week-end en sport)

Football Régional : Aquitaine Foot Infos du mois de novembre 2018

Au micro de Christophe Monzie, écoutez le numéro d'Aquitaine Foot Infos du mois de novembre 2018, le magazine mensuel de la ... [la suite...]
écouter

Au micro de Christophe Monzie, écoutez le numéro d'Aquitaine Foot Infos du mois de novembre 2018, le magazine mensuel de la Ligue de Football de Nouvelle Aquitaine. Extrait de l'émission Le Week-End en Sport du vendredi 30 novembre 2018.
Ven. 30 Nov. 2018 : FOOTBALL - Ligue 1 (Top Girondins)

Top Girondins : Emission du vendredi 30 novembre 2018

Top Girondins chronique consacrée à l'actualité du FC Girondins de Bordeaux et ... [la suite...]
écouter

Top Girondins chronique consacrée à l'actualité du FC Girondins de Bordeaux et présentée par Jérémy Berrié, Philippe Osuna et Hervé Bugnet, l'ancien milieu offensif des Girondins de Bordeaux. Les invités de la semaine étaient : Stéphane MARTIN, l'ancien président des Girondins de Bordeaux, Didier THOLOT, l'ancien joueur des Girondins de Bordeaux et Saint-Etienne (entre autres), Bruno DA ROCHA, l'ancien milieu de terrain du FC Girondins de Bordeaux, consultant "Girondins4Ever", chroniqueur "Top Girondins" et entraîneur des U17 du Stade Bordelais, Thomas ROUSSELET, rédacteur du site "Girondins4Ever", Alexandre POIRIER, journaliste "Sud-Ouest" et créateur du site "Formations Girondins", et Christophe Monzie, responsable du Service des sports de la radio ARL.
Ven. 30 Nov. 2018 : FOOTBALL - Football Régional (Le Week-end en sport)

Football Entreprise : Coupe Nationale

Présentation avec Christophe DEMONCHY, des matches de Coupe Nationale entreprise dans lesquels nos 6 équipes du District de la ... [la suite...]
écouter

Présentation avec Christophe DEMONCHY, des matches de Coupe Nationale entreprise dans lesquels nos 6 équipes du District de la Gironde de Football - Officiel sont engagées : UBM Football - Dassault Foot - FC NOBI NOBI - Sécucaf Bordeaux - SUEZ Foot Entreprise Bordeaux et FC EF Mérignac. Arthur METZGER, chargé de communication du petit poucet national de cette compétition : FC EF Mérignac.
Ven. 30 Nov. 2018 : BASKET - Nationale Masculine 2 (Le Week-end en sport)

Basket-Ball National (NM2) : Avant-match, Villeneuve / Val d'Albret

Présentation de ce match avec Alain JULHES, l'entraineur de Villeneuve, et avec Erick Dauzon le correspondant d'ARL en ... [la suite...]
écouter

Présentation de ce match avec Alain JULHES, l'entraineur de Villeneuve, et avec Erick Dauzon le correspondant d'ARL en Lot-et-Garonne.
Ven. 30 Nov. 2018 : VOLLEY BALL - Volley-Ball Elite (Le Week-end en sport)

Volley-Ball National, Elite Féminine : Avant-match, Bordeaux-Mérignac / Roman

Présentation de ce match avec Lydia OULMOU, la centrale internationale algérienne des Burdis de Bordeaux-Mérignac.
écouter
Ven. 30 Nov. 2018 : FOOTBALL - Europa League (Top Chrono - matches du FC Girondins de Bordeaux)

BORDEAUX / SLAVIA PRAGUE (2-0) : Bordeaux retrouve le sourire et garde un (tout) petit espoir

La première victoire européenne des Girondins dans leur nouveau stade du Matmut en phase de poules est arrivée ce jeudi soir, ... [la suite...]
écouter

La première victoire européenne des Girondins dans leur nouveau stade du Matmut en phase de poules est arrivée ce jeudi soir, devant une affluence digne d'un match de Ligue 2 hélas (6311 spectateurs, plus faible recette de la saison toutes compétitions confondues). On attendait ce succès dans la vraie compétition de la Coupe d'Europe (on ne parle pas des fastidieux tours préliminaires) depuis plus de cinq ans et un succès arraché à l'ultime minute sur une tête d'Henrique face à l'APOEL Nicosie (2-1) en octobre 2013, au stade Chaban-Delmas...Presque une autre époque. Au delà de cette victoire qui, quoi qu'il advienne, restera dans l'histoire, il reste aussi un constat, presque difficile à croire tant il tient du miracle : avec 4 points sur 15 possibles, Bordeaux est toujours en vie et garde un petit espoir de qualification le 13 décembre, pour le dernier match à Copenhague qui sera peut-être la finale que l'on n'attendait plus. Un espoir qui eut été plus grand encore, simplement si les Girondins n'avaient pas cédé contre ces mêmes Danois chez eux à l'aller à 10 secondes de la fin du match (1-2) car avec 5 points au lieu de 4, ils seraient alors devant les Vikings au classement de ce groupe, ou si Mak, l'attaquant du Zenit, buteur ce jeudi soir comme il l'avait été à l'aller au Danemark, n'avait pas offert aux Russes leur qualification officielle pour les 16es de finale (1-0). Un nul dans cet autre match aurait en effet été nettement plus intéressant pour les Girondins, car il aurait obligé les Russes à lâcher les chevaux pour leur dernier match à Prague afin de préserver leur première place...Mais on ne refera pas l'histoire de ce groupe C, sûrement l'un des plus serrés de la compétition. Gageons que, bien que qualifiés, les Russes n'iront pas en touristes en Tchéquie, pour les Girondins comme pour...les Danois qui doivent nourrir au soir de ce 5e match les mêmes espérances de qualification que leurs futurs hôtes bordelais et ont eux aussi leur mot à dire. En attendant, ce succès contre le Slavia ne doit rien au hasard et vient confirmer la progression d'une équipe qui aura appris beaucoup en se mesurant à trois habitués des joutes européennes, actuellement leaders de leur championnat. Il est de ceux qui ne se contestent pas, si l'on considère que Kolar le portier tchèque a sorti au moins 6 arrêts décisifs quand son alter ego Costil n'eut quasiment pas à s'employer. La seule fois où il fut battu au moment où les visiteurs poussaient pour égaliser, ce fut sur une reprise du remplaçant Sykora, sauvée sur la ligne par Sabaly après un centre de la gauche du capitaine Soucek, sans doute hors-jeu au départ de l'action (82e). Certes, il y eut de nombreux ballons brûlants dans la surface girondine à cet instant du match, mais l'abnégation affichée par tous, y compris Cornelius ou Kamano (quand il en entra en jeu) qui n'hésitaient pas à redescendre défendre sur les corners pragois, faisait plaisir à voir et démontrait que les Girondins, peut-être dopés au Slivovice (*) dont semblaient manquer leurs hôtes pourtant plus connaisseurs de la chose, désiraient vraiment cette première victoire qui leur avait injustement échappé contre Copenhague puis le Zenit. En première période, Zmrhal l'unique buteru de l'aller le 20 septembre, démarqué par Husbauer, avait été le seul à cadrer une frappe tchèque, à ras de terre, bloquée par le capitaine girondin (36e). En face, les Marine et Blanc s'étaient créé au moins trois grosses occasions, par un coup-franc de Zaydou Youssouf de 25 mètres qui faillit rééditer le coup parfait réussi à Ventpsils fin juillet, mais que Kolar sortit in extremis de sa lucarne (6e), puis une action Palencia-Tchouameni côté droit terminée par un centre appuyé à ras de terre devant le but du jeune bordelais que Cornelius, titulaire pour ce match, ne manqua que du bout du soulier au second poteau (27e), enfin par une volée impeccable de Youssouf sur un centre de Kalu encore sauvée par Kolar (32e) avant que Koundé, sur la fin de l'action, ne frappe à quelques centimètres du poteau gauche. Avec une équipe jeune dans laquelle Bédouet, en prévision d'une semaine prochaine capitale avec 3 matches en 6 jours dont la venue du PSG et de St Etienne, avait procédé à un turn-over "modéré', les joueurs qui avaient eu peu de temps de jeu, comme De Préville, Youssouf ou Tchouameni surent saisir leur chance et se montrèrent tous les trois à leur avantage sur cette rencontre. Certes, il y eut aussi des temps faibles pour cette équipe qui continue d'évoluer sur courant alternatif, et dont la régularité n'est toujours pas le point fort. La fin de la première période, traversée heureusement sans encombres, en fut assurément un, le milieu de la seconde aussi, quand Prague monta le bloc et sortit enfin de sa coquille, avec les montées de Coufal, resté bien sagement dans sa zone jusqu'alors. Mais la différence avec les deux matches précédents au Matmut est que cette fois, Bordeaux, beaucoup plus rigoureux et compact défensivement, ne céda pas pendant ces temps faibles. Et il sut trouver l'ouverture au meilleur moment en reprenant tambour battant les débats et en laissant aux vestiaires cet excès de respect pour l'adversaire, peut-être inconscient, qui l'avait freiné dans ses initiatives lors du premier acte : un coup-franc à ras de terre de Kalu, dévissé par la défense centrale des Bleus, atterrissait sur De Préville oublié au marquage au second poteau. La reprise sans contrôle du gauche de l'ex-Rémois et Lillois, dans le soupirail d'un Kolar pétrifié, faisait mouche cette fois (1-0, 48e). Inconsciemment, les Girondins commencèrent alors à reculer comme trop souvent, même si Cornelius, sur un contre et une frappe à ras de terre, obligea le portier tchèque à un arrêt en deux temps (68e). En fin de match, Sankharé, qui eut le tort de vouloir venger son coéquipier Kamano séché en toute impunité par Husbauer dans le dos de l'arbitre portugais M.Verissimo et d'écoper pour cela d'un carton jaune (84e), ne manqua pas de porter le danger, mais dans un angle assez fermé, il buta par deux fois sur le dernier rempart tchèque (82e, 83e). Au plus fort de la pression visiteuse, sur un contre d'école en supériorité numérique, Cornelius offrit un caviar à Kamano parti de la médiane que le Guinéen, seul face à Kolar, aurait sans doute converti en d'autres temps, mais il préféra le crochet extérieur, se fermant l'angle avant de redresser son tir..sur le montant gauche. Qu'importe : dans la continuité de l'action, Sabaly récupérait le ballon coté gauche et contournait toute la défense tchèque au prix d'un énorme effort pour se retrouver sur la droite, avant de servir en retrait Jules Koundé. Le Landiranais d'origine (en photo, félicité par Sabaly et Tchouaméni), d'une frappe en pivot dans la surface, trouvait encore le soupirail - mais sur la droite de Kolar cette fois- et libérait son équipe, marquant à cette occasion son premier but en Coupe d'Europe (2-0, 90e + 4). Bordeaux retrouvait le sourire après 7 matches sans victoire, toutes compétitions confondues. Et le droit d'espérer encore un petit peu, jusqu'au bout de ce marathon commencé il ya plus de 4 mois, pour une qualification qui tiendrait tout de même du miracle. Et ne serait pas sans rappeler alors la façon dont il décrocha in extremis à Metz au dernier match de la saison passée son ticket pour...l'Europa League ! Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du Matmut Atlantique aux côtés de Michel Le Blayo, écoutez les réactions des deux entraîneurs, Jindrich TRPISOVSKY (Slavia) puis Eric BEDOUET (FCGB), et Benoit COSTIL, le gardien de but du FC Girondins de Bordeaux. D'autres réactions bordelaises à écouter ce vendredi 3 novembre dans nos journaux, puis dans Top Girondins et Le Week-end en Sport à partir de 18h30. A noter que les invités de Top Girondins seront ce vendredi Stéphane Martin, ancien président des Girondins, et Laurent Battles, ancien joueur des Girondins, Toulouse, Marseille et St Etienne notamment.

(*) Slivovice : alcool distillé tchèque à base de prunes, plutôt du brutal (45°)
Jeu. 29 Nov. 2018 : FOOTBALL - Europa League (Top Chrono - matches du FC Girondins de Bordeaux)

Europa League (5e journée) : Avant Bordeaux / Slavia Prague : Les réactions bordelaises !

Ecoutez la réaction d'Eric BEDOUET, l'entraîneur du FCGB (en photo avec le capitaine Benoït Costil) avant la ... [la suite...]
écouter

Ecoutez la réaction d'Eric BEDOUET, l'entraîneur du FCGB (en photo avec le capitaine Benoït Costil) avant la réception du Slavia Prague (5e journée Groupe C) ce jeudi 29 novembre au Matmut Atlnatique. Match à vivre en direct intégral dans l'émission Top Chrono à partir de 18h20. Commentaires de Christophe Monzie et Michel Le Blayo.

A écouter sur toutes nos fréquences, sur notre site internet www.arlfm.com et sur l'appli "Les Indés Radios" (gratuite).
Lun. 26 Nov. 2018 : RUGBY - Top 14 (Sports Magazine)

TOP 14 : Après Agen / Montpellier (15-18) : Toutes les réactions et les meilleurs moments du match en direct !

Revivez les meilleurs moments du match en Direct, avec les commentaires de Francis Dal'Zovo et Jean-Pierre Delserre, puis les réactions ... [la suite...]
écouter

Revivez les meilleurs moments du match en Direct, avec les commentaires de Francis Dal'Zovo et Jean-Pierre Delserre, puis les réactions de Léo BERDEU, le demi d'ouverture du SUALG, Antoine MIQUEL, le troisième ligne et capitaine du SUALG, et Mauricio REGGIARDO, le manager du Sporting Union Agen Lot-et-Garonne, au micro ARL de Francis Dal'Zovo.
Lun. 26 Nov. 2018 : FOOTBALL - Départemental (Sports Magazine)

Football (Départemental 1) : Après Cadaujac / Macau (0-1)

Réaction de Julien CHABIRON, l'entraîneur de Macau.


écouter
Lun. 26 Nov. 2018 : HANDBALL - National (Sports Magazine)

Handball (N1F) : Après CA Bègles / Rochechouart (23-25)

Réactions de Lucile BRUXELLES, l'entraineure du CA Bègles, et Charlotte DESCHAMPS, la gardienne de but du CA ... [la suite...]
écouter

Lun. 26 Nov. 2018 : RUGBY - Top 14 (Sports Magazine)

TOP 14 : UBB / Toulon (36-25) Toutes les réactions et les meilleurs moments du match !

Revivez les meilleurs moments du match en Direct, avec les commentaires de Julien Dourthe et Pascal Darriet, puis les réactions de ... [la suite...]
écouter

Revivez les meilleurs moments du match en Direct, avec les commentaires de Julien Dourthe et Pascal Darriet, puis les réactions de Clément MAYNADIER, le talonneur de l'Union Bordeaux-Bègles, Louis CARBONEL, le demi d'ouverture du RC Toulon, et Laurent DELBOULBES, le pilier de l'Union Bordeaux-Bègles, au micro ARL de Julien Dourthe.
Lun. 26 Nov. 2018 : FOOTBALL - Régional 3 (Sports Magazine)

Football (Régional 3) : Après FC Montesquieu / Pau Portugais (1-1)

Réactions de Romain BONNIN, l'entraîneur et Fabien CERQUEIRA, le capitaine du Montesquieu FC, au micro ARL de Philippe ... [la suite...]
écouter

Réactions de Romain BONNIN, l'entraîneur et Fabien CERQUEIRA, le capitaine du Montesquieu FC, au micro ARL de Philippe Osuna.
Lun. 26 Nov. 2018 : HANDBALL - National (Sports Magazine)

Handball (N2F) : Après Bordes / Lège Cap-Ferret (26-32)

Réaction d'Olivier ARREGLE, dirigeant de Lège Cap-Ferret.


écouter
Lun. 26 Nov. 2018 : FOOTBALL - Ligue 1 (Sports Magazine)

Ligue 1 (14e journée) : Dijon / Bordeaux (0-0) Toutes les réactions et les meilleurs moments du match !

Revivez les meilleurs moments du match en direct (en photo, Yann Karamoh pris en tenaille par Abeid et Sliti), avec les commentaires de Nicolas ... [la suite...]
écouter

Revivez les meilleurs moments du match en direct (en photo, Yann Karamoh pris en tenaille par Abeid et Sliti), avec les commentaires de Nicolas Fillon. Analyse de Christophe Monzie, et les réactions d'Olivier DALL'OGLIO, l'entraineur du Dijon Football Côte-d'Or, Younousse SANKHARE, le milieu de terrain international sénégalais du FC Girondins de Bordeaux, et Eric BEDOUET, l'entraineur du Football Club Girondins de Bordeaux, au micro ARL de Nicolas Fillon.
Lun. 26 Nov. 2018 : VOLLEY BALL - National (Sports Magazine)

Volley-Ball National (N2F) : Après-match, Neuville / SA Mérignac (0-3)

Réaction d'Eric GASTELLU, l'entraineur du SA Mérignac.
écouter