Accueil > Réécoutez tous les sons diffusés sur ARL

Nos Podcasts

ECOUTEZ LE SON

mise en ligne le Dimanche 11 Février 2018

BORDEAUX / AMIENS (3-2) : La passe de quatre, non sans trembler...

Sur fond de grève des encouragements pendant les 10 premières minutes de la rencontre (en photo, le message clair des supporters bordelais interdits de déplacements à Nantes et Strasbourg dernièrement), les Girondins auront donc dû cravacher jusqu'au bout pour mettre à la raison une accrocheuse formation picarde (3-2), alors qu'ils se dirigeaient vers un succès tranquille après le 3e but de Kamano (3-0, 78e), qui faisait suite à deux buts d'école marqués en première période, d'abord par le jeune Jules Koundé d'un jump et d'une tête magistraux à la réception d'un corner de Malcom de la droite (1-0, 31e), qui devenait donc, à 19 ans, le plus jeune joueur des Girondins à avoir marqué en Ligue 1 après Alain Roche à Auxerre, puis par une action limpide coté droit de Malcom qui décalait Sabaly dont le centre au second poteau avait été repris par Lerager d'une tête imparable en pleine lucarne (2-0, 39e). Cette fin de match angoissante, et cette balle dans le pied qu'ils ont bien failli se tirer, les Marine et Blanc les doivent certainement à un second acte de bien moins bonne facture que le premier, malgré les entrées de Sankharé et Kamano qui n'ont pas apporté le rééquilibre dont l'équipe avait besoin à cet instant de la partie. Intraitable en première période, le milieu de terrain bordelais a en effet lâché trop de lest et de ballons en seconde (à l'image de Meïté par exemple, qui a disparu de la circulation après les citrons), offrant aux Picards la possibilité de camper dans la moitié de terrain girondine et d'alimenter leurs véloces attaquants, tels Mendoza, de loin le joueur visiteur le plus dangereux. Le coup est passé près, même si l'ultime action du match menée par Kamano méritait un meilleur sort. Il faudra retenir la leçon et garder bien présent à l'esprit que si Bordeaux est incontestablement sur la voie du renouveau, il ne s'est pas encore complètement affranchi de ses vieux fantômes, qui suffisaient à lui faire perdre le fil d'un match en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, dès l'instant qu'un grain de sable perturbait la machine. Et le grain de sable ce samedi, il est venu sous la forme de cette boulette de Lerager, auteur d'une passe en retrait malheureuse à Pablo, surpris, aussitôt mise à profit par Mendoza qui s'en allait seul ajuster Costil (3-1, 79e), remettant immédiatement la menace sur les épaules girondines. Du coup, la fin de match, augmentée des 6 minutes de temps additionnel logiquement décomptées par M.Bastien après un choc entre Pablo et Costil à la 55e, ne fut pas loin d'être irrespirable quand les Marine et Blanc, beaucoup moins attentifs et rigoureux qu'en première mi-temps, laissaient Manzala centrer de la gauche et Kakuta prendre Costil à contrepied d'une tête au ras du montant (3-2, 90e). C'est alors que l'on pouvait regretter, peut-être, les quelques autres occasions laissées en route par Laborde sur un centre en retrait de Malcom et une belle frappe en pivot (21e) ou Braithwaite, dont la tête décroisée sur un centre de Poundjé n'avait pas lobé Gurtner (71e), même si, sur cette rencontre, les Girondins, il faut le reconnaître, avaient plutôt fait preuve de réalisme, concrétisant deux de leurs trois occasions du premier acte. Et aussi se souvenir que les promus auraient tout aussi bien pu ouvrir le score sur une occasion immanquable de Fofana seul à 5 mètres, surpris il est vrai par la remise involontaire de Kakuta (21e) ou une tête lobée de ce même Fofana que le capitaine bordelais, du bout des doigts, avait déviée sur sa transversale (75e). Sur un ultime contre et un énorme rush solitaire de 70 mètres, François Kamano après avoir effacé Adenon, trouvait finalement le bas du poteau extérieur de Gurtner (90e + 5). Une passe de quatre victoires consécutives en championnat que l'on savoure cependant à sa juste valeur, puisqu'elle fuyait les Girondins depuis le mois de décembre 2013 sous l'ère Gillot...Autant dire une éternité. Ce premier Bordeaux / Amiens de l'histoire en Ligue 1, le 3e en tout et pour tout entre les deux clubs qui ne s'étaient plus croisés depuis...1948, aura donc valu son pesant de suspense. Mais pour éviter de prendre la marée à Marseille dimanche prochain, et sans Poundjé suspendu, les Girondins devront serrer leur garde jusqu'au bout de la rencontre, face à un adversaire d'un tout autre calibre. Au micro de Christophe Monzie qui commentait cette rencontre en direct intégral du Matmut Atlantique aux côtés de Michel Le Blayo, écoutez les réactions des deux entraîneurs, Christophe PELISSIER (SCA) puis Gustavo POYET (FCGB) ainsi que Jules KOUNDE, le jeune défenseur central du FCGB formé à Landiras puis à La Brède, auteur de son premier but en pros. Pour entendre d'autres réactions bordelaises et amiénoises d'après-match, rendez-vous dans nos journaux de ce lundi 12 février de 6h à 18h, puis dans Sports Magazine à partir de 18h30.

Voir tous les autres sons "sport"

Vous recherchez un son diffusé dernièrement ?



informations

Ven. 10 Août 2018
Journal Midi
écouter
Jeu. 09 Août 2018
Journal Midi
écouter
Mer. 08 Août 2018
Journal Soir
écouter
Mar. 07 Août 2018
Journal Midi
écouter

sports

Dim. 19 Août 2018
TOULOUSE / BORDEAUX (2-1) : Encore un derby à regrets pour des Girondins trop laxistes
écouter
Sam. 18 Août 2018
Réactions toulousaines avant le derby Toulouse / Bordeaux (2e journée)
écouter
Ven. 17 Août 2018
Gustavo Poyet mis à pied une semaine : les explications de Stéphane MARTIN
écouter
Jeu. 16 Août 2018
Girondins de Bordeaux : Sergi PALENCIA est bordelais !
écouter

interviews

Jeu. 26 Juil. 2018
Le beatbox parle à tout le monde - Berywam se confie sur ARL
écouter
Jeu. 26 Juil. 2018
On a commencé à composer ensemble en CM2 - Les landais de Persepolis en interview sur ARL !
écouter
Jeu. 19 Juil. 2018
Le but c'est d'être de plus en plus sur scène - Smokey Joe & The Kid en interview sur ARL
écouter
Mar. 17 Juil. 2018
Ça restera à jamais gravé dans mon esprit - la girondine Estelle Valensuela nous raconte son aventure au sein de la Fifa en Russie
écouter